Accueil

EDITORIAL LE VENT DE L’ ATLANTIQUE Janvier 2020

Nous faisons un point sur l’organisation des secours en mer qui a donné lieu à un travail remarquable d’une mission du Sénat et à une table ronde au Ministère le 7 novembre, où nous sommes intervenus à double titre : – en tant que plaisanciers bénéficiaires pour 30% des interventions de la SNSM et des moyens mis en œuvre par les services de l’Etat, notamment les hélicoptères Dragon de la Protection civile et Dauphin de la Marine Nationale – et également comme participant à l’exploitation de l’outil statistique SNOSAN des accidents en mer mis en place par la Direction des Affaires Maritimes.

Le financement de la SNSM et du renouvellement de sa flotte de canots de secours s’est posé de façon cruciale. A court terme, le problème semble réglé par une augmentation importante du financement public.

La plaisance immatriculée assure une part importante du financement de la SNSM par les dons volontaires et la part du droit annuel de francisation (DAFN). Nous devons donner encore plus mais il faut aussi que la SNSM implique davantage les plaisanciers dans son fonctionnement. Seule une collaboration étroite au niveau national ou local permettra de faire progresser les dons et travailler sur la prévention des accidents et l’amélioration des secours. La FNPAM est prête à y participer.

La quatrième conférence annuelle du Nautisme et de la Plaisance organisée par la Confédération du Nautisme et de la Plaisance s‘est tenue au Nautic de Paris. Les deux thèmes principaux portaient sur les attentes des clients de demain et sur la transition écologique.

Par ailleurs, un point sur l’expérimentation de nouveaux mouillages écologiques a été effectué lors d’une rencontre interprofessionnelle organisée à Vannes le 21 novembre. Ces mouillages, un peu plus onéreux et nécessitant probablement un contrôle périodique un peu plus important, permettraient de réutiliser des sites bien protégés, facilitant l’amarrage des bateaux et l’utilisation des annexes avec plus de sécurité et ce, sans dégrader les zostères présents dans les fonds.

Nous faisons également un point rapide sur l’interdiction de la pêche au chalut sur le plateau de Rochebonne.

Enfin, à l’occasion de la nouvelle année 2020, la FNPAM adresse ses meilleurs vœux maritimes à ses associations adhérentes et à ses partenaires publiques et privés.