EOLIEN EN MER

Eoliennes Flottantes Sud Bretagne.

IMPLANTATION DU PARC EOLIEN

Notre objectif est d’assurer la sécurité de nos navigations de jour comme de nuit dans ce bassin très fréquenté que ce soit en cabotage, transit plus lointain, activités de pêche ou de plongée, …. Aussi nous demandons une implantation le plus loin possible des côtes. C’est d’ailleurs le principal intérêt des éoliennes flottantes. En Europe, les parcs s’installent d’ailleurs de plus en plus loin au-delà de 20 milles. A ces distances, les mers sont moins fréquentées et les vents plus forts.

Malheureusement, les premiers dossiers en notre possession semblent orienter le choix vers des zones proches des côtes qui impactent fortement nos activités. Nous sommes considérés comme une activité récréative ou  de loisirs non prioritaire sur les EMR , la pêche , alors que nous sommes à la source du tourisme côtier , premier acteur économique de cette région !

L’arrivée massive des EMR dans tous les bassins de navigation est à regarder aussi comme une implantation d’installation industrielle dans une zone actuellement naturellement préservée.
Les zones des Glénan et de Groix-Belle-île ont toujours été au cœur de l’action du Conservatoire du Littoral. Il faut savoir que les trois quarts du budget de cet organisme sont pourvus par une taxe payée par les navires de plaisance, le droit de francisation des navires de plaisance (DAFN). Cette taxe, cousine de la vignette automobile, semblerait bien mal employée si les éoliennes étaient visibles des sites que nous cherchons à protéger.


L’implantation du parc éolien est donc jugée selon ces principes. Il n’est pas du rôle de la FNPAM de statuer sur la nécessité de cette installation laissant ce choix aux terriens, peut-être pas mécontents de mettre en mer ce qu’ils ne veulent pas voir sous leurs fenêtres !

Les éoliennes ne doivent pas faire obstacle à la libre navigation.

D’après nos études, seule une implantation située une dizaine de milles au sud d’une ligne Glénan-Pointe des Poulains est envisageable sous condition absolue de la sécurité due aux plaisanciers naviguant de jour comme de nuit.
Le dossier donne peu de précisions sur les risques de circulation à travers ces lignes d’éoliennes de nouvelle technologie. Aussi s’il fallait contourner les champs d’éoliennes, le détour sans doute de plus de 10 milles et pourrait constituer un obstacle majeur à la pratique des activités nautiques dans cette zone. De plus, la création de nouveaux risques pour la navigation doit obliger l’exploitant à en assurer la prévention et le coût.
La FNPAM restera vigilante sur ces sujets de libre circulation et de sécurité.

Note: moins de quatre mois après la clôture du débat public sur les éoliennes de Normandie et d’une enquête similaire auprès du public , l’Etat vient de choisir une zone au-delà des 12 milles !!!

Voir le cahier d’acteur de la FNPAM

 Nous avons besoin de votre action pour donner plus de poids à notre demande.

AVANT le 21 Décembre 2020

Pour cela, vous devez impérativement répondre personnellement au questionnaire sur le site du débat. Nous vous demandons de choisir les zones 19, 22, 24, 25, 26 en zones préférentielles  et de rejeter les autres en zones d’exclusion.
Ainsi, les passages le long de la Bretagne sud jusqu’à une ligne Penmarc’h-Royan seront préservés et sécurisés.

https://eolbretsud.debatpublic.fr/comment-participer/je-choisis-ma-zone

Pour en savoir plus sur L’éolien en mer

Eolien en mer : document du SER Syndicat des Energies Renouvelables

https://www.actu-environnement.com/media/pdf/dossiers/695-ser-zones-propices-eoliennes-offshore.pdf