Editorial

Octobre 2019

Une réunion de son conseil d’Administration s’est tenue, le 19 Septembre, à La Rochelle pendant le Grand Pavois.

Elle a permis de faire le bilan de nos actions sur les 9 premiers mois de l’année :

  • Notre présence au sein de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance (CNP) nous a permis d’obtenir, pendant l’été, une réunion de concertation avec le Secrétariat Général à la mer pour expliquer les raisons de l’unanimité des représentants de la pêche de loisir contre le projet de nouvel arrêté sur le marquage des prises. Ceci a permis de faire différer cet arrêté afin qu’il tienne compte des remontées de la mission parlementaire sur le sujet, qu’a conduite, au cours du printemps, le Sénateur Pierre MÉDEVIELLE.
  • Nos deux représentants, récemment nommés par le Préfet Maritime au Conseil Maritime de la Façade du Sud-Atlantique, ont assisté à la 1ère réunion de l’année qui s’est tenue le 28 Mai 2019. Cette assemblée a voté à une quasi-unanimité  un avis très complet sur le volet stratégique du Document Stratégique de Façade. La prochaine réunion du comité permanent est prévue le 7 Octobre avec pour agenda principal l’élaboration de son plan d’action.
  • Notre implication s’est donc logiquement prolongée par une participation active à la 2ème consultation nationale sur les Documents Stratégiques des Façades Sud-Atlantique (SA), Nord-Manche Ouest (NAMO) et Méditerranée. Compte tenu de la faiblesse des contributions, ils ne seront malheureusement que peu ou pas amendés avant leur signature par les Préfets Maritimes de chaque façade courant Octobre.
  • Nous sommes aussi très actifs dans le suivi des travaux du SNOSAN : En particulier, l’outil mis au point et géré par l’ENVSN a permis de faire un point précis sur les accidents de l’été 2019, dont le détail est fourni dans notre dernier bulletin.
  • Nous continuons, bien entendu, de soutenir les actions des plaisanciers en attirant l’attention des autorités sur le mode injuste d’application de la taxe de séjour sur les bateaux de plaisance et la faiblesse de la représentativité des plaisanciers et usagers dans les instances de gestion des ports de plaisance. Nous soutenons aussi celles, plus locales, s’opposant aux restrictions de navigation et de mouillage tant sur le Banc d’Arguin (Bassin d’Arcachon), l’anse de la Malconche (île d’Oléron) ou la Vilaine qu’en méditerranée.

L’ensemble des actions que nous menons est développé auprès de nos adhérents et nos partenaires dans notre bulletin trimestriel « le Vent de l’Atlantique », dont celui de Septembre vient de paraître.

                                        Alain GARCIA